Articles

Le patriotisme est-il une vertu ?

Voici la réponse de Saint Thomas d’Aquin, Somme Théologique IIa IIae, question 101, article 1

La_RochejaqueleinCicéron déclare : “ La piété est l’exact accomplissement de nos devoirs envers nos parents et les amis de notre patrie. ”

L’homme est constitué débiteur à des titres différents vis-à-vis d’autres personnes, selon les différents degrés de perfection qu’elles possèdent et les bienfaits différents qu’il en a reçus. À ce double point de vue, Dieu occupe la toute première place, parce qu’il est absolument parfait et qu’il est, par rapport à nous, le premier principe d’être et de gouvernement. Mais ce titre convient aussi, secondairement, à nos père et mère et à notre patrie, desquels et dans laquelle nous avons reçu la vie et l’éducation. C’est pourquoi, après Dieu, l’homme est surtout redevable à ses père et mère et à sa patrie[1]. En conséquence, de même qu’il appartient à la religion de rendre un culte à Dieu, de même, à un degré inférieur, il appartient à la piété de rendre un culte aux parents et à la patrie. D’ailleurs, le culte des parents s’étend à tous ceux de la même ascendance, comme le montre Aristote. Or, dans le culte de la patrie est compris le culte de tous les concitoyens et de tous les amis de la patrie. C’est pourquoi la piété s’étend à ceux-là par priorité[2].



[1] Il ne faut pas confondre le patriotisme comme sentiment, et le patriotisme comme vertu. Le sentiment patriotique est légitime, mais il peut en être fait un mauvais usage. Le patriotisme en tant que vertu humaine, c’est la piété, c’est-à-dire la dette que nous avons envers la patrie.
[2] Le culte de la patrie est un acte de vertu, de piété, subordonnée à la vertu de la religion, elle-même partie de la vertu de justice.

One thought on “Le patriotisme est-il une vertu ?

  1. Pingback: Patrimoine et transmission père – fils | Les hommes-adorateurs

Laisser un commentaire

Or

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *