Articles

L’Église catholique soutient, encourage les entrepreneurs

giraudNous remercions Mgr Giraud, évêque de Soissons, pour son très beau message du 1 Mai, encourageant la création de richesse par les entrepreneurs.

A l’origine de tant de difficultés humaines, le chômage constitue un drame majeur pour notre département. Il représente aussi un défi et c’est pourquoi ce quatrième message du 1er mai a pour objet de souligner le lien entre travail et entreprises. Au cours de mes 43 visites pastorales, j’ai découvert de nombreuses entreprises, petites ou grandes, de plasturgie, de transport, d’informatique, de services, des sucreries, scieries, fermes, verreries… Des ouvriers, des employés, des membres de comités d’entreprise ou des délégués du personnel, des syndicalistes, des DRH et des chefs d’entreprise m’ont fait découvrir ce qu’ils vivent : leurs activités et lieux de travail, leurs projets et inquiétudes, leurs luttes communes aussi.

En analysant, en inventant, en prenant des risques, en coordonnant des compétences, il revient aux entrepreneurs de créer de la richesse et de la partager par le travail. Or, comme le disait l’un d’entre eux : « la désespérance guette aussi des entrepreneurs dans les périodes difficiles car le droit à l’échec n’est pas reconnu ». L’Église catholique souhaite donc soutenir, encourager, tous ceux qui œuvrent pour le bien commun en entreprenant. Certes, ce n’est pas le rôle premier d’un évêque que de résoudre des questions sociales, économiques ou financières, mais je souhaite, comme cela est déjà arrivé, faciliter ou rendre possible une parole, une médiation.

L’Église diocésaine, comme association qui emploie 35 salariés, connaît elle aussi ce que vit une entreprise : ses soucis financiers, ses tensions, ses questions de formation ou de recrutement, ses retards et ses points d’excellence, ses négociations. C’est ainsi qu’elle s’est dotée récemment d’accords collectifs. Tout en étant une réalité autre, l’Église se situe aussi dans le monde de l’entreprise.

Depuis 1891 et l’œuvre du pape Léon XIII, l’Église catholique s’efforce d’appliquer et de diffuser un enseignement social intégral. Cette « doctrine sociale de l’Église » n’est ni une idéologie, ni un catéchisme politique, ni un projet de société, ni une doctrine économique, ni un modèle utopique, mais une réflexion sur les réalités complexes de l’existence de l’homme en société. Cette réflexion est conduite à la lumière de l’Évangile ; cet enseignement fait partie intégrante de l’annonce de l’Évangile. A ce titre, le pape Paul VI affirmait que « Le combat pour la justice et la participation à la transformation du monde nous apparaissent pleinement comme une dimension constitutive de la prédication de l’Évangile. » Sans prétendre répondre à tous les problèmes présents, l’Église apporte donc une contribution spécifique. Les principes qu’elle a développés ont souvent été repris : le respect de la dignité et des droits de la personne humaine, le bien commun et la solidarité, la destination universelle des biens, le principe de subsidiarité qui conserve à chacun sa responsabilité. Elle propose également une méthode : « écouter, analyser, décider »… suite sur le site du diocèse de Soissons

Laisser un commentaire

Or

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *