Articles

Anniversaire des hommes-adorateurs : Trinquons catholique !

Photo Alex

Déjà un an ! Trinquons ensemble donc !

L’Encyclopædia Britannica fait remonter cette origine à l’antiquité :

La coutume de boire la « santé » de la vie provient probablement de l’ancien rite religieux de boire en l’honneur des dieux et des morts. Au repas des Grecs et des Romains libations aux dieux, et banquets cérémoniels bu en l’honneur des dieux et des morts , en ajoutant la boisson à la santé de la vie doit avoir été étroitement liée à ces pratiques qui sont maintenant essentiellement devenus des libations

Plus tard, au Moyen-Âge, à une époque ou l’empoisonnement dans la nourriture ou dans la boisson pouvait se produire lors de banquets où se trouvaient des ennemis, échanger un peu de son breuvage avec la personne en compagnie de laquelle on buvait était un signe de confiance mutuelle. Chacun devait ensuite boire la première gorgée en fixant l’autre dans les yeux afin de prouver qu’il n’avait pas de mauvaise intention.

Ce serait suite à cette habitude que la tradition de cogner les verres remplis, permettant un échange de liquide entre les verres, serait parvenu jusqu’à nous. On attribue l’expression « tchin tchin » au bruit du choc des verres et celles concernant les vœux de santé à l’empoisonnement manqué. (toutefois d’autres versions existent)

Pour nous catholiques, trinquer est également important et… bien plus encore !

Les 5 sens en éveil

Comme nous vous le rappelions dans l’article « l’art catholique de déguster le whisky« , Saint Thomas d’Aquin, le docteur angélique, écrivait :

Nihil est in intellectu quod non sit prius in sensu. (Rien n’est dans l’intellect qui ne soit d’abord passé dans les sens)

De Veritate, De veritate, Questio 2, art. 3, argumentum 19

Si les 4 sens du toucher, du gout, de la vue et de l’odorat sont remarquablement en éveil durant la dégustation du verre, l’ouïe elle aussi est en éveil grâce à l’action de trinquer. Ainsi, en plus de mettre ses 5 sens en éveil, nous nous habituons à acquérir la condition indispensable à toute recherche de Vérité : l’encrage dans le réel, laquelle est la base de la scolastique,  » l’instrument nécessaire pour percer les confusions et dissiper les sophismes. » (Saint Pie X, Pascendi, 58)

Une fois encore, grâce au verre qu’il tient à la main, le catholique peut pourfendre l’hérésie ! (petit rappel à l’usage des personnes bien intentionnées : nous ne pourfendons pas l’hérétique, nous buvons avec lui, et nous l’aimons !)

L’action de grâce

Pourquoi donc, l’antique coutume de boire en l’honneur… de Dieu serait-elle devenue obsolète ? Si le rapport au Réel via nos cinq sens nous permet d’avancer vers la Vérité, nous devons aussi regarder le réel en tant qu’il est connaissable à la lumière de la Révélation divine, c’est-à-dire de la la Parole de Dieu, la Sainte Bible. C’est ainsi porté par le don de la Foi (Seigneur, augmente en nous la Foi !) que nous pouvons remercier Dieu pour le bienfait qu’il nous procure sous la forme de la boisson dégustée, mais également pour la grâce de pouvoir la déguster entre frères.

Libre à nous de trouver la formule, sachant que si elle est brève, elle pourra facilement être répétée par les convives. Par exemple vous pouvez dire :

Ad Honorem Jesu ! (En l’honneur de Jésus)

ou alors, en mémoire aussi des Cristeros, crier (plus ou moins fort, cela dépend de vos relations de voisinage):

 ¡Viva Cristo Rey! (Vive le Christ Roi !)

… afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse, au ciel, sur terre et aux enfers ! et que toute langue proclame : « Jésus Christ est Seigneur » à la gloire de Dieu le Père. (Ph 2, 10-11)

Quelle merveille d’avoir la grâce d’être catholique, vous ne trouvez pas ?

(Merci au Père Alexandre Morard, de Point Cœur, pour la photo d’illustration. Cela lui vaudra de pouvoir encore trinquer en notre compagnie)

art boire

3 thoughts on “Anniversaire des hommes-adorateurs : Trinquons catholique !

  1. Pingback: Mardi gras : l’art perdu de boire catholique. | Les hommes-adorateurs

  2. Pingback: Octave de Pâque : célèbration du triomphe de Jésus | Les hommes-adorateurs

Laisser un commentaire

Or

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *