Articles

Combat spirituel : Le signe de la croix

Le signe de la croix, ne doit pas être un simple geste sans âme, ni non plus un geste superstitieux. Le cardinal Ratzinger en donnait la définition suivante :

C’est le signe de notre appartenance au Christ. Ce geste se fait au début de la messe et à la fin de la messe. Il nous rappelle que Dieu est un seul Dieu en trois personnes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Il se fait aussi au début et à la fin de toutes prières que nous disons.

L’esprit de la liturgie édition ad Solem

20041226_37Le catéchisme de l’Église catholique nous rappelle également que

le signe de la Croix nous fortifie dans les tentations et dans les difficultés

Monseigneur Gaume, dans son ouvrage intitulé « le signe de la croix » écrivait :

Le signe de la croix est l’arme de précision contre le démon. Instruits immédiatement par les apôtres, les premiers chrétiens le savaient. En lutte permanente contre Satan, dans toute la puissance de son règne et la cruauté de sa rage (…) ils avaient sans cesse recours à l’infaillible moyen de dissiper le charme fascinateur, et de parer les trait enflammés de l’ennemi. De là, l’usage continuel du signe de la croix, devenu pour eux un exorcisme de tous les instants : quacumque nos conversatio exercet, frontem crucis signaculo terimus.

Il ajoute :

Catholique, le signe de la croix est mon blason. Il me dit, il dit à tous la noblesse de ma race, son antiquité, ses services, ses gloires, ses vertus. Et je n’en serais pas fier ! Je renierais le sang illustre qui coule dans mes veines ! Indigne de porter un grand nom, je répudierais lâchement la loi de solidarité, jetant mes armoiries dans la boue et au vent le riche héritage de mes aïeux!

Que sans cesse des armoiries de la Croix nous habillent, laissant resplendir la noblesse des êtres sauvés par le Christ que nous sommes !

Laisser un commentaire

Or

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *